Marion | Année universitaire au Canada (DUETI)

Marion a étudié pendant une année (2020-2021) au Canada dans le cadre du DUETI (diplôme universitaire d’études technologiques internationales). Elle partage avec nous son expérience.


Le départ : Pourquoi avez-vous souhaité faire une mobilité à l’étranger ? Pourquoi avez-vous choisi ce pays ?

J’ai toujours voulu partir dans un autre pays sur une longue période pour découvrir une nouvelle culture et le Canada m’attirait beaucoup. Alors, quand l’occasion s’est présentée avec le DUETI, je n’ai pas hésité.

Les préparatifs

Après avoir acheté les billets d’avions et préparé les papiers nécessaires, je suis partie en décembre quand les frontières ont ré-ouvert suite à la Covid. Dès que l’on a posé le pied sur le sol, on a ressenti le côté chaleureux et amical des Québécois, mais aussi le froid, car au début, je n’étais pas équipée, j’ai tout acheté sur place.

Parlez-nous de votre expérience sur place ?

La vie quotidienne était très agréable, les supermarchés sont immenses, c’est une nouvelle façon de manger qui s’offrait à nous entre les plats typiquement québécois comme la poutine et le reste qui était très américanisé. J’ai pu faire plein d’activités comme du patin à glace, des randonnées en raquette, du chien de traîneau, de la tire d’érable, de la luge ou de la pêche blanche. L’Université du Québec à Chicoutimi est assez grande avec plusieurs bâtiments, des complexes sportifs, des boutiques d’alimentation, de fournitures scolaires ou de souvenirs. Les professeurs sont bienveillants. Il y a beaucoup d’associations, bref, il y en a pour tous les goûts. Les semaines de cours sont moins chargées qu’en France, mais il y a une attente du côté travail personnel qui est plus lourde que chez nous.

Cette année m’a ouvert des portes pour mon avenir, j’ai eu la chance, grâce aux matières que j’ai choisies et à l’opportunité de partir, d’avoir beaucoup de réponses positives pour ma poursuite d’étude en Master Universitaire de Création Numérique.

Des conseils ?

Ce que j’ai retenu de mon année, c’est qu’il faut bien s’organiser pour les papiers administratifs pour le départ, qu’il ne faut pas avoir peur du froid, car une fois bien équipé, on profite de tout. Si un jour, j’ai envie de déménager, je poserais sûrement mes valises au Québec.